Barre unique de navigation

Menu principal

Vous etes ici:

Barre d'outils

Contenu Principal

Résultats du premier semestre 2013 du Groupe La Poste

  • 01/08/2013
  • Communiqué
Tags : Corporate

Résultats du premier semestre 2013 du Groupe La Poste

Réuni ce jour, le Conseil d’administration de La Poste a arrêté les comptes consolidés du Groupe pour le premier semestre 2013.

  • Une activité et des résultats conformes aux attentes
  • Par rapport au premier semestre 2012,
    • un chiffre d’affaires consolidé de 10 948 millions d’euros, en progression de 0,6% (-0,3% à périmètre et change constants)
    • des résultats en repli, comme anticipé, dans un contexte de crise économique, de baisse des volumes du courrier et de concurrence exacerbée sur tous les marchés du Groupe :
      • Un résultat d’exploitation de 483 millions d’euros, en recul de 23,6% (-23,1% à périmètre et change constants)
      • Un résultat net part du groupe de 396 millions d’euros, en retrait de 9,3% (-8,5% à périmètre et change constants)
    • une structure financière renforcée :
      • Diminution de l’endettement net1 du Groupe qui atteint 2,9 milliards d’euros au 30 juin 2013 suite au versement en avril 2013 de la troisième et dernière tranche de l’augmentation de capital à hauteur de 600 M€
      • Ratio Dette nette / Capitaux propres[1] à un niveau historiquement bas à 0,36 au 30 juin, attendu fin 2013 à un niveau proche de celui atteint fin 2012 (0,46 au 31 décembre 2012 et 0,67 fin 2011)

[1] La dette nette du Groupe ne prend pas en compte l’activité bancaire pour laquelle ce concept n’est pas pertinent

Chiffres clés au 30 juin 2013

Le Groupe La Poste

(En millions d’euros)

30/06/2013

30/06/2012

Evolution

Publiée

A périmètre et change constants

Performance opérationnelle du Groupe

 

 

 

Produits opérationnels

10 948

10 887

+0,6%

-0,3%

Résultat d’exploitation

483

632

-23,6%

-23,1%

Marge d’exploitation

4,4%

5,8%

-1,4pt

-1,3pt

Résultat net part du Groupe

396

437

-9,3%

-8,5%

Marge nette

3,6%

4,0%

-0,4pt

-0,3pt

Flux de Trésorerie des Opérations[1]

 

724

757

-4,4%

 

Chiffres clés – La Banque Postale

 

 

 

Produit Net Bancaire

2 760

2 668

+3,4%

+2,8%[2]

Coefficient d’exploitation

83,2%

83,9%

-0,7pt

 

Core Tier one (Bâle II)[3]

11,2%

12,6%

 

 

Ratio crédits / dépôts

64%

50,8%

 

 

Indicateurs de Santé économique du Groupe

 

 

(En millions d’euros)

30/06/2013

31/12/2012

Evolution publiée

 

Dette nette[4]

2 903

3 460

-16,1%

 

Dette nette / Capitaux propres1

0,36

0,46

-0,1pt

 

FTO / Dette nette/[5]

31,4%

27,7%

-

 

 [1] Flux de Trésorerie des Opérations (FTO) : Flux de trésorerie des activités opérationnelles avant variation du BFR et de l’encaisse des bureaux de poste et après charges financières versées.

[2] A périmètre constant, hors provision épargne logement et amende EIC

[3] Après pondération sur le premier semestre 2013 des titres CNP conformément à la demande de l’Autorité de Contrôle Prudentiel (impact de -0,3% sur le Ratio Core Tier One).

[4] La dette nette du Groupe ne prend pas en compte l’activité bancaire pour laquelle ce concept n’est pas pertinent

[5] Ratio calculé sur 12 mois glissants.

Une activite en legere progression 

Le chiffre d’affaires consolidé du Groupe La Poste s’établit à 10 948 millions d’euros au 30 juin 2013, en croissance de 0,6% (-0,3% à périmètre et change constants).

Le chiffre d’affaires du Courrier s’élève à 5 639 millions d’euros, en diminution de 3,2% par rapport au premier semestre 2012 (-4,4% à périmètre et change constants), principalement sous l’effet de la baisse des volumes qui s’est poursuivie au cours du premier semestre (-6%). Cette évolution est essentiellement liée à un contexte économique toujours difficile. L’augmentation tarifaire intervenue le 1er janvier 2013 ne compense que partiellement l’effet volume. Au-delà, le Courrier est engagé dans une politique active d’innovation visant à enrichir la valeur du courrier et à proposer de nouveaux services via le réseau de proximité unique que constituent les facteurs désormais connectés grâce à leur smartphone (projet Facteo). La contribution de Sofipost se renforce avec un chiffre d’affaires de 600 millions d’euros, en progression de 7,7%, portée par la croissance externe. La croissance organique s’inscrit en léger recul (-1,3%) dans un contexte économique difficile.

Le chiffre d’affaires du Colis-Express enregistre une augmentation de 5,3% au premier semestre 2013, à 2 837 millions d’euros (+5% à périmètre et change constants). L’activité de ColiPoste a progressé avec un chiffre d’affaire à fin juin 2013 de 767 millions d’euros, en croissance de 1,9%. La hausse de 2,2% du trafic est tirée par la forte progression des volumes BtoC (+5,5%), compensant un effet prix/mix légèrement négatif. Les activités Express en France et à l’étranger de GeoPost poursuivent leur développement soutenu avec un chiffre d’affaires de 2 070 millions d’euros, en hausse de 6,6%. La dynamique de croissance des volumes a été maintenue au cours du semestre à +8,6%, particulièrement au Royaume-Uni, en France, au Benelux et en Europe de l’Est. Les filiales espagnoles ont retrouvé une évolution positive, recueillant les fruits d’un plan de développement commercial.

Le Produit Net Bancaire des activités bancaires s’élève à 2 760 millions d’euros, en hausse de 3,5% (+3% à périmètre et change constants), soutenu par les bonnes performances commerciales de La Banque Postale. Les encours d’épargne enregistrent une progression de 3,4%, portés par la progression de l’épargne ordinaire (+8%) sous l’effet notamment de la remontée des plafonds du Livret A et du LDD. Les encours de crédit affichent une hausse de 17,9%, avec des encours de crédits immobiliers qui progressent de 13,6% dans un marché atone, tandis que le crédit à la consommation se développe fortement avec une croissance des encours de 34,3%. L’activité de crédit aux personnes morales et aux collectivités locales poursuit son déploiement et atteint 2,5 milliards d’euros d’encours totaux.

L’Enseigne a soutenu le développement de La Banque Postale par une activité crédit, prévoyance et équipement en forte croissance à fin juin 2013. Le semestre s’inscrit dans la tendance constatée aux cours des dernières années marquées par une baisse de l’activité guichet et une automatisation croissante des opérations.

Le chiffre d’affaires de La Poste Mobile[1] s’établit à 71 millions d’euros, en progression de 5,7%. La Poste Mobile a connu un premier semestre dynamique avec le lancement d’offres nouvelles correspondant aux attentes des clients, notamment les offres à prix réduit (forfaits sans mobile) dont le succès a permis d’atteindre au 30 juin 2013 un parc de 748 000 lignes (+16%). La Poste Mobile a également lancé au cours du premier semestre une offre ADSL « quadruple play » ainsi qu’une offre pour les professionnels.

[1] Chiffre d’affaires total, Le Groupe La Poste consolide cette entité proportionnellement à hauteur de 51%.

Un résultat d’exploitation impacte par la baisse des volumes du courrier et un environnement économique dégradé

Le résultat d’exploitation consolidé du Groupe s’élève à 483 millions d’euros, en retrait de 149 millions d’euros par rapport au premier semestre 2012, sous l’effet conjugué des résultats de ses métiers qui enregistrent les évolutions suivantes :

  • Le résultat d’exploitation du Courrier s’établit à 327 millions d’euros, en recul de 143 millions d’euros par rapport au 30 juin 2012, impacté par la réduction des volumes et reflétant par ailleurs une adaptation progressive de la structure d’exploitation au niveau de l’activité ;
  • Le résultat d’exploitation du Colis-Express s’élève à 182 millions d’euros, en léger retrait de 28 millions d’euros, imputable essentiellement à un effet prix-mix négatif ;
  • La contribution des Activités bancaires au résultat d’exploitation du Groupe progresse de 15,9% pour s’établir à 403 millions d’euros, conséquence de la hausse du produit net bancaire et des efforts de maîtrise des charges.

Des résultats des métiers sont déduits les coûts des services partagés et les charges relatives à la présence postale pour obtenir le résultat d’exploitation consolidé du Groupe.

Après prise en compte du résultat financier, des impôts et de la contribution des entreprises mises en équivalence (112 millions d’euros, principalement CNP), le résultat net part du Groupe atteint 396 millions d’euros, en recul de 9,3% par rapport au premier semestre 2012 (-8,5% à périmètre et change constants).

Des investissements maîtrises 

Le Groupe a réalisé 445millions d’euros d’investissements bruts, dont 381 millions d’euros pour les activités hors banque, et 64 millions d’euros pour La Banque Postale. Ces investissements portent principalement sur la poursuite de la rénovation du réseau des bureaux de poste, la maintenance de l’outil industriel et du parc immobilier, le renforcement du réseau international de l’activité Express, les véhicules et les systèmes d’information.

Le Groupe a par ailleurs poursuivi une politique d’acquisitions ciblées, en ligne avec sa stratégie. Pour le Courrier, Asendia (co-entreprise détenue à parité par Swiss Post et Sofipost) a acquis les activités courrier international de Pitney Bowes en avril (chiffre d’affaires 2012 de 17,5 millions d’euros). Le Colis-Express a renforcé sa présence à l’international à travers la prise de contrôle de la société Tigers en juin (participation complémentaire de 63% portant la part du capital détenu à 66%), commissionnaire de transport international présent en Chine, Etats-Unis, Europe et Australie (chiffre d’affaires 2012 de 170 millions d’euros). Enfin, La Banque Postale, à travers l’acquisition en avril de la Banque Privée Européenne, dispose désormais d’une offre complète en matière de banque patrimoniale. Par ailleurs, la création de La Banque Postale Collectivités Locales, co-entreprise avec la Caisse des Dépôts permet d’assurer des prestations de service relatives à la commercialisation des crédits accordés par La Banque Postale aux collectivités locales et hôpitaux.

Poursuite du renforcement de la structure du bilan 

Au 30 juin 2013, les capitaux propres part du Groupe s’élèvent à 8 084 millions d’euros en progression de 614 millions d’euros par rapport à fin 2012. Dans le cadre de l’augmentation de capital de La Poste de 2,7 milliards d’euros à laquelle l’Etat et la Caisse des Dépôts ont souscrit, la troisième et dernière tranche de 600 millions d’euros a été versée en avril 2013 par l’exercice de bons de souscription d’actions (100 millions d’actions nouvelles créées). L’endettement net[1] du Groupe s’élève à 2 903 millions d’euros au 30 juin 2013, en baisse de 557 millions d’euros par rapport au 31 décembre 2012.

Compte tenu de la diminution de l’endettement net et de l’accroissement des capitaux propres du Groupe, le levier financier (Dette nette / Capitaux propres) passe de 0,46 au 31 décembre 2012 à 0,36 au 30 juin 2013.

[1] La dette nette du Groupe ne prend pas en compte l’activité bancaire pour laquelle ce concept n’est pas pertinent

Un nouveau contrat d’entreprise pour la periode 2013 – 2017 

Les engagements de La Poste et de l’Etat ont été redéfinis par le « Contrat d’entreprise 2013–2017 », approuvé par le Conseil d’Administration du Groupe du 22 avril 2013 et signé par l’ensemble des parties prenantes le 1er juillet.

Ce contrat se caractérise par :

  • Le maintien d’un large périmètre de missions de service public dévolues à La Poste : Service Universel Postal, Transport et Distribution de la Presse, Accessibilité bancaire et Aménagement du territoire ;
  • Une trajectoire de qualité de service encore renforcée (Lettre prioritaire, Lettre recommandée et Lettre verte) ;
  • Des missions adaptées aux attentes des usagers et à l’évolution des technologies (lettre en ligne, gamme d’envoi des petites marchandises) ;
  • La mise en place d’engagements citoyens en faveur du développement des territoires et des entreprises, des plus démunis, du développement de la société numérique et dans le domaine de la responsabilité sociale de l’entreprise.

Pour chacune des missions, un rendez-vous a été fixé en cours de contrat, pour adapter celui-ci aux évolutions constatées. 

Un semestre important sur le plan social 

La direction de La Poste et les organisations syndicales FO, CFDT, CGC-UNSA et CFTC ont signé le 22 janvier 2013 un accord sur la qualité de vie au travail, qui s'applique à l'ensemble des postiers et prend des engagements précis et novateurs en matière d'amélioration de la qualité de vie au travail.

Les dix-sept mesures définies par l’accord ont été engagées au cours du premier semestre et quatre négociations complémentaires ont été engagées. Ces mesures portent par exemple sur la mise en place d’un dispositif d’alerte sociale, l’intégration de CDD en CDI, le temps partiel aménagé pour les seniors, la formation pour tous, l’évolution professionnelle.

Enfin, la négociation sur le télétravail a abouti le 25 juin 2013 à la signature d’un accord entre la direction de La Poste et les organisations syndicales, permettant sa mise en place sur la base du volontariat.

Le baromètre social réalisé en mai 2013 indique que 85% des postiers interrogés se disent fiers de travailler à La Poste, 72% la jugent comme une entreprise où l’on a plaisir à travailler et que plus de 40% des postiers ont déjà observé des signes de changement visibles suite aux mesures annoncées. 

Perspectives

L’activité du Groupe sur le second semestre restera sensible à l’évolution des volumes du Courrier qui connait par ailleurs des effets de saisonnalité avec un second semestre généralement moins fort que le premier, ainsi qu’aux conditions de marché, notamment pour   La Banque Postale. Le Groupe confirme son objectif de légère croissance du chiffre d’affaires pour l’ensemble de l’année et poursuivra ses efforts de maîtrise des charges.

La Poste a par ailleurs prévu au cours du second semestre de renforcer les fonds propres de     La Banque Postale pour accompagner son développement commercial dans la durée, notamment ses activités de crédit, tout en contribuant au renforcement de la solvabilité et de la solidité de la banque. Cette opération, approuvée par le conseil d’administration du 4 juillet 2013, prévoit une augmentation de capital de 200 millions d’euros et la souscription de titres hybrides « Tier 1 » pour 800 millions d’euros. La dette nette du Groupe sera impactée lors du second semestre par cette opération mais le niveau du ratio Dette Nette / Capitaux Propres devrait être maintenu fin 2013 à un niveau équivalent à fin 2012.

Enfin, La Poste a présenté le 4 juillet 2013 devant son conseil d’administration son projet stratégique 2013-2018 : « la confiance partagée ». Quatre développements stratégiques ont été identifiés dont les trois derniers constituent des chantiers futurs d’approfondissement : l’accélération des actions en cours au sein des métiers, la transformation numérique du Groupe, la conquête du marché des services de proximité et au domicile et la poursuite de la croissance y compris à l’international.

Pied de page