Barre unique de navigation

Menu principal

Vous etes ici:

Barre d'outils

Contenu Principal

Résultats du premier semestre 2017 du Groupe La Poste

  • 01/08/2017
  • Communiqué
Tags : Groupe

Croissance du résultat d’exploitation retraité des éléments exceptionnels1 enregistrés au 1er semestre 2016

Le Conseil d’administration de La Poste, réuni ce jour sous la présidence de Philippe Wahl, a arrêté les comptes consolidés du Groupe pour le premier semestre 2017.

  • Produits opérationnels : 11 905 millions d’euros en croissance de 1,1% 
  • Résultat d’exploitation2 : 761 millions d’euros, en baisse de 10,7%, +11,1% hors éléments exceptionnels1
  • Résultat net part du Groupe : 642 millions d’euros, en baisse de 4,9%, +17,8% hors éléments exceptionnels1
  • Indicateur de santé économique3 : 534 millions d’euros (70 millions d’euros au premier semestre 2016)
  • Dette nette4 de 3 826 millions d’euros, en augmentation de 106 millions d’euros depuis le 31 décembre 2016 
  • Ratio dette nette / capitaux propres :  0,34 (stable par rapport au 31 décembre 2016)

Au 30 juin 2017, Le Groupe La Poste a enregistré un chiffre d’affaires consolidé de 11 905 millions d’euros, en légère croissance (+1,1%), avec une bonne performance des activités express, numériques, nouveaux services du courrier et colis, un maintien des revenus de l’activité courrier globalement au même niveau qu’au 30 juin 2016 et un repli du produit net bancaire5 de La Banque Postale dans un contexte de taux bas persistant. Le résultat d’exploitation, retraité des éléments exceptionnels1 comptabilisés au 1er semestre 2016, est en progression de 11,1% grâce au développement du Groupe et aux programmes de maîtrise des charges menés par l’ensemble des branches.

Engagé dans un processus de profonde transformation, Le Groupe La Poste a mené de front, au cours du semestre, de nombreux projets en ligne avec ses axes stratégiques, 

parmi lesquels la silver économie, le développement de l’international, les nouvelles technologies et l’innovation ainsi que la logistique urbaine :

  • En matière de silver economie, le Groupe a enrichi son offre de services de proximité, utiles à la société avec le déploiement de l’offre « Veiller sur mes parents », répondant ainsi aux enjeux du vieillissement de la population. Il s’est également implanté sur le marché de la prestation de santé à domicile avec une prise de participation majoritaire dans Asten Santé ;
  • Sur le plan du développement de ses activités d’Express à l’international, le Groupe a renforcé ses opérations de croissance externe avec, en Italie, une prise de participation au capital du leader du marché italien ; en Russie, la création avec un acteur clé du marché, d’une co-entreprise contrôlée par GeoPost et positionnée au rang de numéro 2 du marché russe ; et en Espagne et Portugal la poursuite de l’extension de son réseau local ;
  • L’innovation et les nouvelles technologies, au cœur des nouvelles offres du Groupe, ont permis de lancer Talk-to-Pay, solution sécurisée de paiement à distance par reconnaissance vocale, au service des nouveaux usages bancaires. La Banque Postale a été la première banque à avoir lancé ce service en France ;
  • Autre axe stratégique majeur, la logistique urbaine pour laquelle La Poste développe un modèle de livraison responsable au cœur des villes. Elle a ainsi obtenu, à la tête d’un consortium, la délégation de service public pour le Marché d’intérêt national de Toulouse.

Produits opérationnels

Les produits opérationnels du Groupe La Postes’établissent à 11 905 millions d’euros au 30 juin 2017, en hausse de 1,1% (+0,6% à périmètre et change constants). L’effet périmètre s’élève à +105 millions d’euros sous l’effet des acquisitions 2016 et 201710 de GeoPost principalement et, dans une moindre mesure, des branches Services-Courrier-Colis, Numérique et de La Banque Postale. L’effet change a un impact défavorable de 40 millions d’euros (essentiellement au titre de la livre sterling).

Par branche :

Le chiffre d’affaires de la branche Services-Courrier-Colis est stable à 5 757 millions d’euros avec une évolution différenciée selon les activités de la branche :

-     L’activité Services-Courrier enregistre une légère baisse de son chiffre d’affaires
(-0,6%) à 4 927 millions d’euros. La diminution des volumes de courrier adressé (-6,8%11), couplée à un léger effet mix/produit défavorable a été en partie compensée par plusieurs évolutions positives : l’augmentation tarifaire effective au 1er janvier 2017 (+3,2% en moyenne), l’impact des plis électoraux (élections présidentielles et législatives, +71 millions d’euros), la croissance de l’international (+22 millions d’euros) et le développement des nouveaux services (+15 millions d’euros) dont l’examen du code de la route (+10 millions d’euros). Les filiales positionnées sur les marchés du marketing direct, des solutions logistiques et e-logistiques, de l’éco-mobilité et de la silver économie enregistrent une croissance de 11% (+30 m€).

-     Le chiffre d’affaires de l’activité Colis (Colissimo) progresse de 5,0% à 830 millions d’euros, porté par la croissance des volumes (+7,7%11). L’effet prix très légèrement positif est absorbé par un effet mix/clients contraire (avec notamment la croissance des volumes des grands comptes).

La branche GeoPost, présente sur le marché du colis rapide et express en France et à l’international principalement sous la marque DPD, poursuit sa forte croissance avec un chiffre d’affaires en hausse de 9,7% à 3 256 millions d’euros (+8,1% à périmètre et change constants). Cette performance est portée par la progression des volumes (+9,3%12 avec 587 millions de colis livrés au cours du semestre). L’effet prix et carburant a un impact favorable de +0,7% sur le chiffre d’affaires. L’ensemble des pays voient leurs chiffres d’affaires organiques progresser, notamment le Royaume-Uni (+8,7%), la Pologne (+18,6%), l’Allemagne (+5,9%), l’Espagne (+7,7%) et la Russie (+15,9%).

Le Produit Net Bancaire (PNB) de La Banque Postale baisse de 5,6% à 2 808 millions d’euros (-2,3% à périmètre constant et hors variation de la provision épargne logement13). A noter qu’au titre du 1er semestre 2016, il incluait une plus-value de 107 millions d’euros en contrepartie de la cession des titres Visa Europe. Retraité de cet élément exceptionnel et des points susmentionnés, l’évolution du PNB est de +1,6%.

-     Le pôle Banque de détail enregistre un PNB de 2 617 millions d’euros, en diminution de 6,5% (-3,4% hors provision épargne logement). La marge nette d’intérêt (MNI) est en repli de 14,4%, avec des évolutions contrastées : la poursuite du recul du rendement des crédits immobiliers (impact des taux bas et des effets des renégociations et remboursement anticipés) pèse sur la MNI, qui, à l’inverse, profite de la hausse des revenus des financements aux personnes morales et de la bonne activité de crédit à la consommation, reflet du développement de La Banque Postale sur ces marchés. Les commissions affichent une hausse de 4,6% soutenue notamment par la progression de l’équipement de la clientèle. Sur le plan de la dynamique commerciale, La Banque Postale a poursuivi sa politique de conquête avec une augmentation de 2,6% des encours d’épargne et de 12,1% des encours de crédit (+48,2% pour les crédits aux personnes morales, +6,3% pour les crédits à la consommation et +5,7% pour les crédits immobiliers).

-     Le PNB du pôle Gestion d’actifs est en retrait de 11,7% (+5,8% à périmètre constant14). Les encours sous gestion du pôle s’élèvent à plus de 191 milliards d’euros à fin juin. Ils bénéficieront du nouveau mandat confié en juillet 2017 par CNP Assurances à la Banque Postale Asset Management (pour 23 milliards d’euros).

-     Le PNB du pôle Assurance augmente de 24,5%, grâce à la progression des portefeuilles de contrats IARD (+9%) et Santé (+26%) ainsi qu’à l’amélioration générale du ratio sinistres sur primes des filiales.

Le chiffre d’affaires dela branche Numérique est en hausse de 10,9% à 321 millions d’euros (+4,8% à périmètre constant). Cette performance s’explique par la progression de 8% des ventes en ligne (www.laposte.fr) et par celle du pôle de Docapost de 10,6% (+3,1% à périmètre constant) reflétant la bonne activité enregistrée sur les plateformes digitales et la gestion de la relation client. Le pôle Médiapost Communication est en recul de 8,1% (-11% à périmètre constant) sous l’effet d’une moindre activité sur la période.

Le Réseau La Poste regroupe les activités de vente et de distribution des produits et services du Groupe La Poste auprès du grand public et des pros, son chiffre d’affaires est constitué des prestations réalisées pour le compte des autres branches et qui leur sont refacturées. Au cours du 1er semestre, le Réseau a poursuivi l’évolution de son organisation et de ses métiers pour accompagner la mutation de son marché. L’ouverture de 148 nouveaux points « La Poste Relais », essentiellement en zone urbaine et proposant des horaires élargis, permet de répondre au mieux aux besoins des citadins. Le Réseau a également conforté sa présence dans les 500 Maisons de Service Au Public et poursuivi le déploiement de nouvelles formes de mutualisation avec les facteurs-guichetiers en bureau de poste, au nombre de 640 à fin juin 2017, favorisant ainsi le maintien de la présence postale en milieu rural et péri-urbain.

La Poste Mobile15 poursuit sa croissance sur un marché mature et très concurrentiel. Le semestre a été marqué par la refonte de la gamme de ses forfaits téléphoniques et l’élargissement de son offre, ainsi que le renforcement de sa force de vente Grand Public. La Poste Mobile a commercialisé 234 000 nouvelles lignes, lui permettant de détenir un parc de 1,33 million de lignes en hausse de 2,2% à fin juin 2017.

Résultat d’exploitation

Le résultat d’exploitation consolidé du Groupe après quote-part de résultat net des sociétés sous contrôle conjoint16 s’établit à 761 millions au premier semestre 2017, en baisse de 10,7% par rapport au premier semestre 2016 (-9,3% à périmètre et change constants). Retraité des éléments exceptionnels17 comptabilisés au 1er semestre 2016, le résultat d’exploitation est en progression de 11,1%.

La branche Services-Courrier-Colis voit son résultat d’exploitation très légèrement augmenter de 0,6% (+0,9% à périmètre et change constants). Le déclin structurel des volumes de courrier est notamment compensé par la bonne performance du colis et des filiales.

GeoPost affiche un résultat d’exploitation en baisse de 22,1% (-19,3% à périmètre et change constants). Cette variation intègre, au titre du 1er semestre 2016, la revalorisation de titres dans le cadre de l’acquisition des 50% restants d’Armadillo (Russie) à hauteur de 60 millions d’euros. Retraité de cet élément exceptionnel, et à périmètre et change constants, GeoPost affiche un résultat en progression de 6,7% sous l’effet conjugué de la progression des volumes et de la maîtrise continue des coûts notamment en France, Grande-Bretagne et Pologne.

La contribution de La Banque Postale au résultat d’exploitation du Groupe est en repli de 18,1% (-16,9% à périmètre constant). Le résultat au titre du premier semestre 2016 incluait une plus-value de 107 millions d’euros en contrepartie de la cession des titres Visa Europe. Retraitée de cet élément exceptionnel et de l’effet périmètre, l’évolution est de +5,4%, grâce à la diminution des frais de gestion de 2,5% malgré les coûts liés à la mise en œuvre des grands programmes de transformation (notamment systèmes d’information) et le développement des filiales. Le coût du risque de crédit, rapporté aux encours18, se maintient à un niveau bas (16 points de base). Le résultat net part du groupe de La Banque Postale est en croissance de 1,7%.

La Branche Numérique affiche une perte de 7 millions d’euros, à comparer à un résultat à l’équilibre au 1er semestre 2016. Cette évolution s’explique par un rythme de refacturations et d’engagement des charges différent de 2016.

Résultat net

Après prise en compte du résultat financier (-81 millions d’euros), de l’impôt sur le résultat (-170 millions d’euros) et de la contribution des entreprises mises en équivalence (150 millions d’euros, principalement au titre de CNP Assurances à hauteur de 131 millions d’euros et de BRT pour 19 millions d’euros), le résultat net part du Groupe s’établit à 642 millions d’euros en baisse de 4,9%. Retraité des éléments exceptionnels19 comptabilisés au 1er semestre 2016, le résultat net part de groupe est en progression de 17,8%.

Investissements

Le Groupe a réalisé 53220 millions d’euros d’investissements au cours du 1er semestre 2017, consacrés notamment :

  • aux systèmes d’information de l’ensemble des branches, dont La Banque Postale qui déploie ses grands projets de transformation SI au bénéfice de la personnalisation du service et du client ;
  • à la construction et au déploiement de grandes infrastructures numériques orientées vers le client particulier (compte client unique, data lake, base clients, hub des objets connectés) ;
  • au développement des nouveaux services de la branche Services-Courrier-Colis ;
  • à la poursuite de la mécanisation de l’outil logistique du colis et à la mutualisation des sites et rationalisation des surfaces des pôles Courrier et Colis ;
  • au renforcement des hubs et dépôts de GeoPost ;
  • à la modernisation du parc immobilier et des bureaux de poste ;
  • à l’équipement en véhicules, notamment électriques.

 

Croissance externe

Au cours du 1er semestre 2017, 558 millions d’euros (sous déduction de la trésorerie acquise) ont été consacrés à des acquisitions et prises de participation sur de nouveaux marchés.

La Branche Service-Courrier-Colis s’est ainsi implantée sur le marché de la prestation de santé à domicile avec une prise de participation à hauteur de 51% dans Asten Santé spécialisée dans l’installation et la maintenance de dispositifs médicaux à domicile dans le cadre de traitements de maladies chroniques (83 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel).

La Branche GeoPost a poursuivi l’extension de son réseau géographique par l’acquisition de 37,5% de BRT, leader du marché de la livraison express en Italie (1 270 millions d’euros de chiffre d’affaires) ainsi que par l’acquisition en mai de trois nouvelles franchises Seur en Espagne et une au Portugal. En Russie, GeoPost a renforcé son positionnement grâce à la création de la joint-venture (détenue à 71,2% par Geopost) entre SPSR Express, opérateur d’express russe (92 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel) et DPD Russie. Cette opération21 permet à GeoPost de devenir l’un des leaders du marché en Russie.

Enfin, GeoPost a consolidé son positionnement dans le secteur de la livraison urbaine avec l’acquisition en mars de 100% de Stuart (déjà détenu à hauteur de 22% depuis 2015), plateforme de livraison urbaine implantée en France, Espagne et Royaume-Uni.

 

La Banque Postale, de son côté, a pris position sur le marché du financement participatif à travers l’acquisition de 100% de KissKissBankBank (opération finalisée en juillet), dont elle était partenaire jusque-là. La plate-forme regroupe les marques KissKissBankBank, Hellomerci et Lendopolis.

La Branche Numérique a consacré ses opérations de croissance externe au renforcement de son expertise en matière d’accompagnement des entreprises, administrations et collectivités locales, avec l’acquisition de 70% d’Ametix (14 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel), société spécialisée dans les prestations d’assistance technique, de conseil numérique et de ressources humaines.

 

Structure financière

La structure financière du Groupe demeure solide, illustrée par un ratio dette nette22/ capitaux propres de 0,34 au 30 juin 2017 (stable par rapport au 31 décembre 2016).

Les capitaux propres part du Groupe s’élèvent à 11 301 millions d’euros au 30 juin 2017, en progression de 383 millions d’euros par rapport au 31 décembre 2016.

La dette nette22 du Groupe s’élève à 3 826 millions d’euros, en hausse de 106 millions d’euros par rapport à fin 2016, compte tenu du financement d’une partie des opérations de croissance externe. A noter que le Groupe a procédé à la fin du semestre à la monétisation des créances de CICE générées en 2015 et en 2016 pour un montant total de 533 millions d’euros.

Perspectives 2017

Le Groupe anticipe pour l’année 2017 une légère croissance de son chiffre d’affaires et de son résultat d’exploitation, dans un contexte de taux d’intérêt bas persistant et de dématérialisation continue des échanges. La génération de trésorerie devrait rester positive.

Générateur de lien social et d’échanges, Le Groupe La Poste démontre sa capacité à se transformer et s’adapter aux évolutions sociétales (société numérique, vieillissement de la population), pour devenir l’un des leaders des services de proximité, utile et au service de tous.

1 Impact favorable au 1er semestre 2016 i) de la plus-value de 107 millions d’euros enregistrée par La Banque Postale en contrepartie de la cession des titres Visa Europe et ii) de la revalorisation de titres dans le cadre de l’acquisition par GeoPost des 50% restants d’Armadillo (Russie) à hauteur de 60 millions d’euros.

Résultat d’exploitation après quote-part de résultat net des sociétés sous contrôle conjoint.

3 Indicateur de santé économique = Flux de trésorerie des activités opérationnelles hors banque (1 161 m€) - achats d’actifs corporels et incorporels hors banque (436 m€) + cession de véhicules (9 m€) – intérêts payés (28 m€) – dividendes versés (172 m€). Au 30/06/2016, les montants étaient respectivement les suivants : 662 m€, 401 m€, 10 m€, 29 m€ et 173 m€.

4 La dette nette du Groupe ne prend pas en compte La Banque Postale pour laquelle ce concept n’est pas pertinent.

5 Evolution de +1,6% hors exceptionnel (plus-value sur les titres Visa), variation de la provision épargne logement et à périmètre constant.

6 Indicateur de santé économique = Flux de trésorerie des activités opérationnelles hors banque (1 161 m€) - achats d’actifs corporels et incorporels hors banque (436 m€) + cession de véhicules (9 m€) – intérêts payés (28 m€) – dividendes versés (172 m€). Au 30/06/2016, les montants étaient respectivement les suivants : 662 m€, 401 m€, 10 m€, 29 m€ et 173 m€.

7 La dette nette du Groupe ne prend pas en compte La Banque Postale pour laquelle ce concept n’est pas pertinent.

8 Ratio CET1 estimé avec application des mesures transitoires (le ratio fully-loaded estimé s’élève à 13,8% au 30 juin 2017).

9 Hors épargne centralisée à la CDC.

10 Les effets périmètre (cf § « croissance externe ») comprennent notamment : au titre de GeoPost, les acquisitions de Jadlog et DPD Zeitfracht, de La Banque Postale, Ciloger (déconsolidée), des filiales courrier Axeo et Mediapost Espagne et de la branche Numérique Docapost Fast, Tikeasy, Applicam et Ametix

11 Evolution à jours ouvrés constants

12 Progression de 7,1% à périmètre constant

13 Reprise de 52 millions d’euros au 30 juin 2017 versus reprise de 142 millions d’euros au 30 juin 2016, soit une variation de +89 millions d’euros

14 Sortie de Ciloger du périmètre de consolidation, suite à son rapprochement avec AEW Europe

15 La Poste Mobile est la marque de la filiale La Poste Telecom, intégrée sur la ligne « quote-part du résultat net des sociétés sous contrôle conjoint ».

16 L’ensemble des résultats d’exploitation dans la suite du paragraphe sont présentés après quote-part de résultat net des sociétés sous contrôle conjoint.

17 Impact favorable au 1er semestre 2016 i) de la plus-value de 107 millions d’euros enregistrée par La Banque Postale en contrepartie de la cession des titres Visa Europe et ii) de la revalorisation de titres dans le cadre de l’acquisition par GeoPost des 50% restants d’Armadillo (Russie) à hauteur de 60 millions d’euros.

18 Coût du risque de crédit de la banque commerciale rapporté aux encours de début de période

19 Impact favorable au 1er semestre 2016 i) de la plus-value de 107 millions d’euros enregistrée par La Banque Postale en contrepartie de la cession des titres Visa Europe et ii) de la revalorisation de titres dans le cadre de l’acquisition par GeoPost des 50% restants d’Armadillo (Russie) à hauteur de 60 millions d’euros.

20 Les investissements pris en compte dans la génération de trésorerie sont uniquement les investissements hors banque à hauteur de 436 millions, les Capex de La Banque Postale sont financés par elle-même (96 millions d’euros).

21 L’autorité russe de la concurrence a approuvé en février la création de la joint-venture

22 La dette nette du Groupe ne prend pas en compte La Banque Postale pour laquelle ce concept n’est pas pertinent

Contacts Presse

Retour haut de page

Pied de page