Barre unique de navigation

Menu principal

Vous etes ici:

Barre d'outils

Contenu Principal

La nouvelle Marianne dévoilée le 19 juillet

  • 19/07/2018
  • Communiqué
Tags : Philatélie

#Marianne2018

Emmanuel Macron, Président de la République, a dévoilé le nouveau visage des timbres « Marianne ». Pour la première fois dans l’histoire des Marianne, c’est un duo d’artistes féminin, composé d’YZ, grapheuse française vivant à Abidjan et d’Elsa Catelin, graveuse de l’imprimerie du Groupe La Poste, qui a donné naissance au nouveau timbre d’usage courant. Ce symbole républicain du quinquennat seradisponible à partir du 23 juillet 2018. Le dévoilement de la nouvelle Marianne a eu lieu en bordure de Périgueux dans le quartier du Toulon, où l’artiste YZ a reproduit son œuvre en très grand format sur l’un des murs de la ville.

Sélectionnés pour leur talent et leur appartenance à des courants artistiques et sociétaux actuels comme le street art ou l’ink art, des artistes de renom ou prometteurs ont proposé leurs créations originales pour incarner la nouvelle Marianne.
Plus de 2 000 pupilles de la nation, de tous âges et de toutes origines, ont été choisis et sollicités pour désigner leurs œuvres préférées, en s’appuyant sur leur fibre artistique et leurs valeurs citoyennes.
A l’issue de cette consultation, huit visuels ont été retenus puis un visuel a été choisi par le Président de la République pour illustrer le nouveau timbre d’usage disponible à partir du 23 juillet prochain.

La Marianne 2018, une femme forte, moderne et déterminée

La Marianne choisie par le Président de la République a un regard franc. Volontaire, les cheveux libres comme son esprit, elle est droite, honnête et sûre de son chemin. Elle incarne le pacte républicain nouvelle génération.

Elle incarne la modernité et la jeunesse, sa représentation très contemporaine reflète l’esthétique du street art.
Elle porte le féminisme, c’est le portrait d’une jeune femme forte et déterminée imaginée par une femme artiste, issue du milieu du street art, d’ordinaire masculin. Le visage n’est pas celui d’une femme délicate et éthérée, mais celui d’une femme fonceuse et énergique.

Elle illustre la confiance, avec une posture résolument tournée vers l’avenir, un regard qui porte loin, qui fixe un cap, une direction vers laquelle la jeune femme se projette sans faiblesse.
Toutes ces valeurs montrent son engagement. « Marianne l’engagée », c’est d’ailleurs le nom choisi par le Président de la République pour cette représentation.

« La femme représentée semble mue par une impulsion, un désir d’agir pour faire bouger les lignes. Elle tire sa beauté de son courage, de son indépendance et de son énergie » indique YZ, l’artiste qui l’a imaginée.

Un dévoilement inédit

Emmanuel Macron a souhaité dévoiler le visuel au cœur de l’environnement créatif de l’artiste sur une fresque de 16x11m dans le quartier du Toulon. Cette fresque a été peinte par l’artiste elle-même durant 2 nuits sur un pan de mur d’immeuble.

Le visuel du timbre, tout petit sur les vignettes d’affranchissement, s’agrandit ainsi au format XXL !

Les habitants du Toulon ont été associés au projet et ont pu échanger avec l’artiste. Marianne l’engagée, version géante, porte fièrement les valeurs républicaines au cœur du quartier et de la ville.

Une Marianne, deux femmes artistes

Pour la première fois dans l’histoire de la Marianne, ce sont deux femmes qui ont créé et gravé le timbre d’usage courant français. (En 1997, la Marianne du 14 juillet avait été dessinée par une femme, Eve Luquet, mais le graveur était un homme, Claude Jumelet). La rencontre d’YZ et d’Elsa Catelin à l’Imprimerie du Groupe La Poste en mai 2018 a donné lieu à des échanges artistiques et humains riches en émotions. YZ découvrait le lieu mythique de la fabrication des timbres-poste et faisait connaissance avec la graveuse qui a réalisé le poinçon de son œuvre, pour une impression en taille-douce.

Le visuel de la nouvelle Marianne sera reproduit sur l’ensemble des timbres d’usage courant, dont le timbre vert et le timbre rouge, sur les figurines destinées aux envois dans le monde ainsi que sur les timbres de complément d’affranchissement. Les nouveaux timbres d’usage courant (pour la Lettre verte et pour la Lettre prioritaire de 20g) seront mis en vente, en feuilles et en carnets pour affranchir les lettres dans tous les bureaux de poste, buralistes, agences postales communales, relais poste, établissements Courrier et sur www.laposte.fr, à compter du 23 juillet.

Par ailleurs, pour tous les amoureux des timbres, une vente en avant-première aura lieu à la boutique du Groupe La Poste (Le Carré d’Encre, 13 bis rue des mathurins, Paris 9e) le vendredi 20 juillet de 10h à 18h. Les nouvelles Marianne ainsi que des souvenirs philatéliques spéciaux seront proposés. Elsa Catelin, la graveuse, sera présente de 10h à 12h30 et de 14h à 18h pour les dédicaces.

Deux artistes pour une Marianne

L’artiste lauréate du concours, YZ, et Elsa Catelin, la graveuse spécialiste de la taille-douce, ont placé l’engagement féminin et le courage au cœur de leurs partis pris créatifs pour illustrer les valeurs républicaines intemporelles.

YZ Photo YZ © Olivier Metzger

Née à Châteauroux en 1975, YZ (prononcer à l’anglaise « eyes ») est le nom d’artiste peintre  d’Yseult Digan, d’origine franco-anglaise. Elle vit et travaille actuellement à Abidjan (Côte d’Ivoire). Elle est l’une des femmes les plus actives de la scène Street art en France, bien connue pour ses portraits poétiques. Elle s’initie au Street art très jeune, ses parents (céramiste et sculpteur) lui transmettent l’amour de l’art. Enfant, elle évolue dans un univers artistique stimulant : peintres, sculpteurs, musiciens, bijoutiers… font partie de son entourage quotidien. Elle profite d’une vie itinérante pour jouer les reporters et réaliser des documentaires, dans lesquels elle raconte l’histoire des individus qu’elle rencontre. En 2000, YZ déménage à Paris. Avec d’autres artistes, elle commence à bomber des portraits sur les murs gris de la capitale. Mais très vite elle ressent le besoin de donner plus que de la peinture : elle veut raconter une histoire. En mars 2003, elle investit les rues de la capitale avec le projet OPEN YOUR EYES : 30 portraits en format XXL vont être posés sur les compteurs électriques et sur les murs délabrés de Paris. Elle exportera le projet à l’international notamment à New York, Berlin, Londres, Moscou, Brazzaville, Bamako ou Hong Kong. Elle a exposé entre autres à la Fondation Cartier, au Centre Pompidou, à la galerie Magda Danysz et à la Fondation Blachère.

Le timbre d’usage courant 2018 est sa première création philatélique qu’elle définit ainsi : « Habituellement, les séries que je réalise forment un propos qui se décline et s’argumente sous différents supports : œuvre peinte, photo, films, performance… Pour le visage de la Marianne, toute la complexité était d’illustrer une intention à travers le seul portrait d’une femme. Et finalement, cette Marianne porte en elle tous les projets que j’ai réalisés jusqu’à ce jour, tous les êtres auxquels j’ai pu rendre hommage. On la sent dans une impulsion, prête à agir, à faire bouger les lignes. Elle tire sa beauté de son courage, de son indépendance et de son énergie. »

Et même si elle n’est pas collectionneuse de timbres, elle apprécie particulièrement le premier timbre créé en France, en 1849, qui représente la déesse Cérès : « dans sa sobriété, il est intemporel et donc très actuel. Comme lui, j’aimerais que le mien parcoure les années tout en marquant une époque. Ce qui m’intéresse, c’est le rapport au temps du timbre : la plupart des communications actuelles sont instantanées alors que la correspondance écrite laisse une trace permanente, une mémoire, un témoignage, qui, plus que dans le passé, s’inscrit dans une temporalité choisie. Comme le lavis que j’utilise, l’étape de la gravure est d’ailleurs une technique ancestrale, artisanale, pourtant il s’agit bien d’une production contemporaine, dont l’aspect formel symbolise notre République actuelle, et ce timbre sera tiré à des millions d’exemplaires. Il y a là quelque chose de fascinant ! »

Contacts Presse

Retour haut de page

Pied de page